Savez combien de personnes dans le monde utilisent les réseaux sociaux ? 4,55 milliards de personnes d’utilisateurs actifs mensuels ! les réseaux sociaux sont donc un outil primordial de la communication digitale, je ne vous apprends rien ! Et comme pour beaucoup de secteurs, plein de nouveaux réseaux naissent et ciblent de nouvelles tranches de la population ! Aujourd’hui, nous décidons de nous intéresser aux réseaux qui nous paraissent les plus intéressants et les plus prometteurs !

 

yubo

 

Yubo, le réseau qui parle aux adolescents

 

Yubo est une plateforme sociale permettant aux nouvelles générations ( Z et Alpha)  de se créer des groupes d’amis à travers le monde, autour d’intérêts communs. Plus une alternative qu’un rival aux autres grands réseaux sociaux tels que Facebook, les utilisateurs peuvent créer ou rejoindre des groupes de discussion publics où ils échangent en temps réel en partageant leur vidéo, leur audio ou à travers un chat.

 

L’application a connu un véritable engouement depuis 2020, la pandémie mondiale et les différents confinements obligeant à réinventer l’interaction sociale. En effet, durant le premier confinement, la plateforme a vu une augmentation de 300% du nombre de streamers et du temps passé en live. Même montée en puissance aux États-Unis : plus de 150 000 événements enregistrés sur la plateforme durant les élections américaines. La montée en popularité ainsi que l’âge moyen des utilisateurs de Yubo demandent en conséquence une sécurité accrue. En effet, 99% des utilisateurs ont entre 13 et 25 ans, c’est pourquoi la plateforme a mis en place de puissants algorithmes capables d’analyser la partie visuelle et textuelle instantanément : « si des propos inappropriés sont envoyés, personne ne les verra apparaître dans le groupe. L’application sépare les discussions entre mineurs et majeurs en classant les profils par tranche d’âge : 13-17 ans, 17-18 ans ou bien 18 ans et plus.

Yubo, l’enfant qui grandit vite

 

Yubo a connu une croissance fulgurante, en passant de 25 millions d’utilisateurs fin 2019 à 40 millions d’inscrits à ce jour. Pour continuer son développement, l’entreprise a entrepris une levée de fonds de 40 millions d’euros. Ce budget devrait notamment servir à proposer de nouvelles fonctionnalités, comme

  • le partenariat mis en place avec Snapchat qui marque l’arrivée des lenses ainsi que des filtres en réalité augmentée
  • la collaboration avec YouTube qui permet de regarder des vidéos en direct avec d’autres membres de Yubo.

 

L’autre souhait est de renforcer la sécurité, en augmentant notamment les moyens de modérations et en établissant de nouvelles mesures telles que la vérification de l’âge ou la mise en place d’une ligne d’écoute (une mesure complexe à appréhender pour les réseaux sociaux depuis des années).Yubo accorde une très grande place aux centres d’intérêt, en tant qu’outil pour exprimer sa personnalité, mais aussi pour se faire des amis qui partagent les mêmes passions. D’ailleurs, l’application vient tout juste d’intégrer de nouvelles fonctionnalités permettant aux utilisateurs d’ajouter des « tags » de centres d’intérêt à leur profil dès l’inscription. Chacun peut également rechercher de nouveaux amis qui partagent les mêmes goûts.

 

La Gen Z est la génération la plus connectée, et la Gen Alpha (les enfants nés après 2010) le sera encore plus. Ces nouvelles générations sont nées avec les smartphones, dans un monde où les réseaux sociaux représentent les principaux outils de communication, de divertissement et de partage de contenus. Cette génération, dont les mondes hors ligne et en ligne sont entremêlés, montre de nouveaux besoins en termes de sociabilisation, à la recherche d’interactions réelles et authentiques sur les réseaux sociaux, ainsi que de la possibilité de se créer des groupes d’amis qui partagent les mêmes passions qu’eux. Yubo ne base pas son business model sur la publicité mais sur un système d’abonnement pour débloquer des ressources permettant par exemple d’ajouter des amis par tags ou encore de booster son live pour ramener plus de monde.

 

mym

MYM pour celui qui souhaite être proche de son public

 

MYM fans est un nouveau réseau social qui a fait son apparition en 2019. La plateforme se distingue de celles qui pullulent déjà sur le Net du fait qu’elle s’adresse spécifiquement aux créateurs comme les influenceurs, les artistes, les personnalités… ainsi qu’à leurs fans. Loin d’être un simple réseau d’échange et de partage de contenus, Me You More (Anciennement Meet Your Model) offre l’avantage aux créateurs de percevoir des rémunérations en fonction des médias qu’ils y publient. Les fans, quant à eux, ont la possibilité d’accéder à des contenus inédits que leurs idoles ne partagent pas sur les autres réseaux sociaux.

La plateforme Meet Your Model a été créée en France en 2018 et accueille déjà plus de 50 000 modèles : on y retrouve Clara Morgane, l’ex-star du porno devenue animatrice, mais aussi des stars de téléréalité comme Astrid Nelsia ou Léana Zaoui et des fitness girls qui ont déjà franchi le pas avec un succès loin d’être négligeable. Concrètement, MYM fans permet aux modèles de se faire de l’argent. Comme mentionné en sus, les fans doivent souscrire à un abonnement s’ils veulent accéder aux photos ou vidéos publiées par leurs modèles. Et c’est le modèle lui-même qui fixe les tarifs. Plus une personnalité a de fans, plus sa rémunération est susceptible d’être conséquente.

Le réseau social arbore un caractère privatif qui permet aux modèles de n’être visibles que par leurs abonnés. En revanche, la plateforme est bel et bien ouverte à tous. Notez qu’un abonnement n’est valable que pour un seul modèle. Si vous désirez suivre plusieurs personnes en même temps, vous devrez souscrire à des abonnements différents, dont les prix auront été fixés par vos idoles. Néanmoins, vous êtes libre de résilier vos abonnements à tout moment, sans que cela ne génère de sanction ou de frais supplémentaires.

 

Afin d’aider les modèles à promouvoir leurs profils sur MYM fans, ce dernier utilise des algorithmes d’optimisation de revenu et de vente. Ce qui permet aux personnalités d’étendre leur notoriété sur la plateforme et d’attirer encore plus d’abonnés. Il faut savoir que sur MYM Fans, plus votre communauté est grande et engagée, plus vous êtes susceptible de percevoir un revenu conséquent.

 

Il est donc important pour un créateur de bien gérer son compte MYM fans. Outre le nombre d’abonnés, le fait de proposer à ces derniers des « extras » est également un bon moyen d’optimiser une rémunération. Notez qu’en moyenne, un modèle français qui dispose de plusieurs dizaines de fans environ peut gagner dans les 500 € par mois au minimum. Il suffit d’avoir 18 ans révolus pour s’inscrire, d’avoir un contenu de qualité et une fan base solide qui a déjà été développée sur d’autres réseaux sociaux. C’est pourquoi de très nombreux créateurs sont des influenceurs déjà présents sur Instagram.On retrouve aussi sur la plateforme des comédiens ou des chanteurs, des mannequins et des modèles X. Les nombreux contenus sont gérés par des modérateurs qui rendent l’expérience qualitative pour les utilisateurs et les créateurs exigeants et actifs. MYM.fans va plus loin qu’Instagram, mais c’est surtout un nouveau modèle économique qui fait la différence (qu’on peut rapprocher d’OnlyFans ?)

L’application met en relation des créateurs et des utilisateurs dans une interface claire, ludique et conviviale. Les créateurs proposent des contenus comme des photos ou des vidéos qu’ils ne publient pas sur les réseaux sociaux classiques : les contenus sont exclusifs. Les utilisateurs peuvent s’abonner à plusieurs créateurs de leur choix et les contenus floutés leur deviennent accessibles immédiatement. C’est le créateur qui fixe le prix de l’abonnement et celui-ci peut être mensuel ou annuel. Les utilisateurs peuvent éventuellement demander des contenus spéciaux à leur créateur préféré : des médias uniques, créés uniquement et spécialement pour eux. Le créateur est ensuite libre d’accepter ou de refuser l’offre de l’utilisateur et de négocier son tarif en direct. Sur la plateforme, il n’y a pas de grille de tarif. Le rapport entre la célébrité et le fan n’a jamais été aussi direct et simple que sur MYM

 

 

feelback

 

 Feelback: Le nouveau réseau social informationnel et conversationnel

Depuis 2020 et l’évolution des habitudes de travail, de nombreuses alternatives de conversations ont vu le jour. Clubhouse et Discord ont cherché de nouvelles façons de connecter les gens sur le Web par image ou par voix. Mais les résultats restent unanimes : Parmi les réseaux sociaux, TikTok a fait le plein avec au total plus d’un milliard d’utilisateurs, et cette plateforme a été l’inspiration pour les fondateurs de Feelback, un réseau social. Il s’appuie sur des vidéos sous forme d’interviews pour partager ses expériences et se faire connaître du monde professionnel. Le nouveau réseau social français Feelback combine une interface dynamique et un contenu professionnel grâce à des vidéos, souvent réalisées en duo. La vocation de la plateforme est d’informer et d’échanger sur des sujets variés. Feelback s’est inspiré des codes de l’application TikTok avec plus d’un milliard d’utilisateurs pour activer et rendre son contenu attractif. Aujourd’hui, la plate-forme a enregistré un peu plus de 12 000 téléchargements depuis son lancement en septembre dernier.

 

Inspiré d’une  plateforme comme TikTok, Feelback joue un bon jeu. En effet, là où les danses et les vidéos humoristiques abondent, d’autres vidéos plus sérieuses cliquent. Avec ses 1,7 milliard de visites, l’hashtag #careeradvice est le point de départ d’une Génération Z qui souhaite entamer son parcours professionnel Conseil professionnel, CV vidéo, c’est tout un écosystème d’utilisateurs qui partagent leurs conseils pour se présenter au monde du travail le meilleur moyen. Actuellement, le réseau compte 90 chaînes actives et plus de 700 interviews réalisées et publiées. Les sujets sont divers, on retrouve principalement des contenus sur la RSE, la neurologie, l’entrepreneuriat, le coaching, la psychologie et bien d’autres. Depuis des années, actives et urbaines, les vidéos sont enregistrées à l’avance et lues en flux incessant, tout comme avec TikTok.

 

Fini les statuts et les longues lettres pour se complimenter sur LinkedIn. Le format vidéo est préféré dans l’application Feelback. Tout d’abord, ouvrez votre chaîne en votre nom ou celui de votre entreprise. Ensuite, vous pouvez librement intervenir socialement ou défendre un projet professionnel devant la caméra en 15 minutes. Les problématiques abordées tournent généralement autour de l’avenir de l’entrepreneuriat, de la RSE ou de la psychologie du travail. A l’heure où les nomades digitaux sont de plus en plus nombreux et où la vie des entreprises change, l’application vous invite à repenser la culture d’entreprise et à vous inspirer des autres.

 

mastodon

Mastodon : Le réseaux social décentralisé qui tire son profit du récent rachat controversé de Twitter

L’origine de Mastodon ?

Eugen Rochko est un jeune programmeur allemand alors âgé de 23 ans lorsqu’il a lancé le réseau social en 2016. Le réseau social Mastodon veut donner une vision du réseau social qui n’est ni à vendre ni à racheter personne ne peut le posséder.

Mastodon se présente comme une plateforme associative à but non lucratif, financé par des dons. Il détient plus de 2 400 serveurs Mastodon exploités par des individus et des organisations indépendants.

Mastodon détient une interface qui ressemble en une version simplifiée de Tweet Deck, (plateforme qui permet de gérer plusieurs comptes Twitter et de configurer des flux personnalisés dans une seule interface).

Vous pouvez rédiger des messages, qui seront désignés sous le nom de « pouet », et qui sont partagés en temps réel. Les messages sont limités à 500 caractères en y ajoutant tout type de médias. Vous pouvez répondre aux pouets, les repartager, les mettre en favoris, suivre d’autres utilisateurs et les mentionner dans vos post.

Vous pouvez gérer la visibilité de vos “pouet”. Selon vos centres d’intérêt, des communautés, appelées « instances » avec leur propre gestion de la modération, peuvent être créées ou rejointes.

Sa messagerie privée, se nomme le dark mode. On y trouve aussi des sondages ou encore un système de notifications, font partie des fonctionnalités également disponibles sur Mastodon. Ce réseau social décentralisé, vas donc vous permettre comme tous les autres réseaux sociaux d’interagir, vous permettant de suivre et d’être suivi par d’autres utilisateurs d’autres serveurs de manière transparente.

N’oubliez pas que chaque réseau aura sa cible, son langage et son public, ces nouveaux réseaux semblent vouloir n’avoir qu’un seul public, en effet chacun de ces nouveaux réseaux cultivent l’idée de l’exclusivité soit via des abonnements soit via la proposition du contenu.

 

 

bereal

Be Real: Immortalisez vos moments photos instantanément !

Application créer par Alexis Barreyat et Kévin Perreau en 2020. Le concept est simple, la traduction française est « etre vrai » le maitre mot de l’application des profils réels avec une vrai personne derrière l’écran. L’objectif est de découvrir la vraie vie de vos amis, mais également en trouver de nouveaux avec la rubrique DISCOVERY, qui regroupe photos et vidéos d’utilisateurs partout dans le monde.

Chaque jour, une notification est envoyée à tous les utilisateurs de l’application, de manière aléatoire : « C’est l’heure du Be Real. C’est une manière de rappeler aux utilisateurs de partager un ce qu’ils font avec leurs amis dans la journée. À partir de ce moment, les internautes ont un délai de deux minutes pour capturer une photo, et la poster sur la plateforme. Une des particularités de l’application réside dans la manière de prendre la photo : les caméras avant et arrière se déclenchent au même moment, permettant ainsi de voir ce qui se passe devant et derrière le smartphone. L’objectif : pousser à l’instantanéité, avec des clichés pris sur le vif, sans filtre. D’ailleurs, vos amis verront le nombre de fois qu’a été pris le cliché avant d’être posté !

 

 

social image

 Clash, un clone de TikTok ? Pas exactement.

Et si la réponse aux pressions qui s’accumulent sur TikTok était le lancement d’une application alternative et « made in the USA » ? Cela semble être la logique de Brendon McNerney, le fondateur en 2012 de l’application Vine, qui était rapidement devenue populaire, avant d’être rachetée par Twitter, qui a par la suite décidé de l’arrêter. Avec sa nouvelle application, Clash, Brendon McNerney opère en quelque sorte un retour et espère regagner les cœurs des adeptes de Vine à l’époque. D’autant plus que TikTok a confirmé la popularité du concept (un fil infini fait de vidéos très courtes).

Clash reprend donc ce modèle avec des vidéos de 21 secondes maximum. Ces dernières s’affichent sur un fil infini personnalisé, tandis qu’un écran rassemblant les vidéos les plus populaires du moment permet de découvrir de nouveaux vidéastes.

Sur Clash, les vidéastes pourront se faire rémunérer

À la différence de TikTok et de Musical.ly (l’application que les créateurs de TikTok avaient racheté en 2017 en intégrant au passage sa base d’utilisateurs), Clash ne propose pas de catalogue musical pour accompagner les vidéos. Pour le moment il n’y a pas non plus de filtres ni d’effets spéciaux ni d’outils pour la post-production. Autre différence : dans Clash, les vidéos ne sont pas transférées sur le serveur immédiatement mais d’abord sauvegardées dans la mémoire du téléphone.

Mais la plus grande différence entre TikTok et Clash est que ce dernier ambitionne de mettre en place un système qui rémunèrerait les vidéastes. Selon les informations du média en ligne Tubefilter, dans les semaines qui viennent Clash devrait se munir de sa propre devise, « Drops ». Si vous aimez une vidéo, vous pourrez faire don de quelques « Drops » à son créateur. Les paramètres exacts de cette devise virtuelle ne devraient cependant pas être dévoilés avant son lancement

 

Voilà ! Vous savez tout sur ces nouveaux réseaux sociaux: A vous de jouer pour les tester et choisir celui qui vous correspondra le mieux !

 

Laissez un commentaire